19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 06:00

Le principe est simple : qui connaît son alphabet sait, peut, doit écrire et, pour reprendre le vieux mot de Lacan, n'a à s'autoriser que de lui-même.  Sauf que chacun se raconte à plat: «Ceci est une pomme, une pipe, une vie et rien de plus», toute pudeur oubliée, dans un ennui accablant, sans le style qui permet tout ni la distance et la transposition indispensables pour, en sublimant la réalité, faire parfois une œuvre d'art.

 

Émile Brami - Éditeur!

 

Une pomme, une pipe.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Christw - dans Pages marquées
commenter cet article

commentaires

Bonheur du Jour 29/06/2014 07:13

Je vais recopier ce passage qui me séduit car cela ressemble à ma façon de voir la vie.
Merci.

Christw 29/06/2014 07:56

Sublimer l'instant, comme il est, en l'acceptant, en l'écrivant, n'est-ce pas ?

Tania 22/06/2014 09:37

Il y a du "Bouvard et Pécuchet" dans cette entreprise d'édition. Ce livre parodique de Brami me semble pouvoir tenir compagnie à celui de Nyssen, "Lira bien qui lira le dernier".
Bon dimanche, Christw. Beau temps pour le barbecue ou la promenade, mais irritant pour la rhinite chronique - courage.

christw 22/06/2014 09:54

Bien vu cette allusion aux deux compères de Flaubert : le parvenu qui se pique d'édition est pourtant pire que les deux benêts qui, en fin de compte, restent sympathiques en comparaison. Nyssen savait évidemment beaucoup sur la question et je vais en quête de ce titre-là.

Les fenêtres ouvertes (celles de l'écran aussi) me piquent aux yeux et la lecture m'est pénible. Cette année aura été sévère : il paraît que les allergies vont en s'accentuant chez tous. Merci de compatir, Tania, bon dimanche.

colo 20/06/2014 12:01

Pour élargir un peu le sujet, car les éditeurs ont à tenir compte du côté économique, Internet donne en effet l'occasion à tous d'écrire et d'être lus / ou pas...Ainsi on découvre que certains écrivent fort bien, que leurs récits sont lumineux et vivants...alors qu'ils n'en font ni profession ni vantardise.
D'autres sont, en effet, d'un ennui accablant, en tournant autour d'eux-mêmes ou sur eux-mêmes!!

Bon week-end Christian, soleil chez vous?

christw 20/06/2014 23:06

Comme je n'ai pas envie d'aller au tie break, je le dis aussi : je ne serai pas écrivain non plus et encore moins éditeur.
Bonne nuit estivale sur Nantes, cher K.

K 20/06/2014 19:00

Une fois encore, ici, quelques beaux échanges qui ne restent pas scotchés dans le filet !
Belle citation de Baba, sans aucun doute une parole de vrai écrivain ;-)
Je pourrai la détourner à mon profit ou encontre en caressant l'idée chère que je ne le serai jamais !!!
Chaud sur Nantes, amigos !

christw 20/06/2014 12:17

Je ne critique pas le fait que chacun et chacune ait la possibilité d'écrire via la Toile. Ce n'est pas parce qu'on écrit qu'on est écrivain(e).
J'aime assez d'ailleurs l'idée chère au romancier/poète Luc Baba qui pense qu'un jour il sera écrivain, à travers son dernier livre peut-être...

Soleil, un peu, mais la fraîcheur m'oblige à fermer la fenêtre (les pollens aussi, j'ai un rhume depuis trois mois).

Jeanmi 19/06/2014 10:08

Celui qui n'est pas mon ami disait de moi dans un dîner où j'étais absent : Oh Jeanmi il écrit à partir de lui, c'est facile !" Écrit-on à partir d'autre chose que de soi ? Et puis qu'il essaye après tout...,

christw 19/06/2014 10:47

Pour situer le passage dans son contexte, l'auteur égratigne les écrivains qui font de l'autofiction. Un peu avant, il écrit que tout écrivain est contenu dans son œuvre et il rappelle Flaubert disant « Madame Bovary, c'est moi ».

Me Contacter:

  • : Marque-pages
  • : Livres - Littérature - Christian WERY
  • Contact

Rechercher

Tous les livres sur

babelio.jpg