27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 05:11

 

Collection Folio Essais, 2012 - 320 pages -9 €

 

413-yEs3rKL._SL500_.jpg

 

Les éditions Gallimard ont réalisé l'adaptation française d'une série d'essais sur le monde anglo-saxon du livre, publiés en 2009 par Robert Darnton. Son ambition est de défendre le savoir des livres contre les dérives technologiques et commerciales, avec le souci d'objectivité historique et scientifique. 

 

L'auteur, spécialiste du Siècle des Lumières, est historien de la culture et du livre. Il est concerné par les aspects les plus urgents de la question numérique. Si son propos est centré sur la numérisation des publications en recherche universitaire1, toutes ses analyses concernent de près ou de loin l'avenir des textes en général, qu'il soumet à une lecture intelligente du passé.

 

Étudier l'histoire du livre a souvent consisté à se préoccuper de ses formes matérielles et des types de lecture au cours des siècles. Darnton propose plutôt de se tourner vers les gens du livre et d'analyser leur comportement. En sondant le matériau historique, en explorant les gestes et motivations des éditeurs, typographes et imprimeurs, correcteurs et commis voyageurs, on s'aperçoit que les textes étaient aussi peu stables qu'ils ne le sont aujourd'hui avec l'avènement d'Internet. Grâce à des travaux passionnants, il a été possible de déterminer les habitudes de tel compositeur d'imprimerie qui n'avait aucun scrupule à prendre des libertés avec un texte, suivant son ressenti, allant jusqu'à omettre des chapitres. Ainsi, les œuvres de Shakespeare ont été si peu respectées que la recherche des textes originaux est d'une rare complexité pour les bibliographes.

 

apologie-2.jpg 

À cela s'ajoute le piratage: il était courant que les pays voisins de la France, la Hollande et la Suisse surtout, publient des livres d'auteurs français en toute liberté. Le piratage était si répandu au début de l'époque moderne en Europe que les meilleures ventes ne pouvaient connaître de grands succès de librairie comme c'est le cas aujourd'huiLe copyright ne vit le jour qu'au 18è siècle en Angleterre, au 19è en France. Le troc – maximaliser la diversité  entre éditeurs était monnaie courante et le talent en cette matière déterminait souvent la réussite d'un éditeur. 


On aurait donc tort de croire à la sereine stabilité de l'édition littéraire avant l'ère de la digitalisation, car les processus de transmission modifiaient les textes eux-mêmes. Et de conclure : À l'heure des systèmes de communication de toutes sortes, Internet y compris, où les textes numérisés sont détachés de leurs ancrages dans des livres imprimés et où les courriers électroniques laissent des traces qui peuvent facilement disparaître, le problème de la stabilité du texte conduit à la question plus générale du rôle des bibliothèques universitaires à l'heure d'internet.

 

Au 18è siècle, celui des Lumières, la foi dans la puissance du savoir et dans le monde des idées fit naître ce que les esprits éclairés nommaient la République des lettres, territoire sans police ni frontières, et sans inégalités autres que celles des talents. Le projet Google de numérisation de tous les livres2 semble répondre à cet idéal : l'ennui est que, devançant toute initiative publique, Google obtient des droits solides, négociés avec les propriétaires de copyright, qui transposent le savoir dans le domaine privé. Il s'agit d'une entreprise qui, par nature, est basée sur le profit et il conviendrait de fixer à ces numérisateurs des devoirs envers le public. Il serait naïf d'identifier la Toile au Lumières. Elle représente un potentiel de diffusion du savoir qui excède largement tout ce que Jefferson avait pu imaginer. Mais pendant qu'Internet se construit pas à pas, hyperlien par hyperlien, les entreprises commerciales ne sont pas restées inertes sur le banc de touche. Elles veulent contrôler le jeu, s'en emparer, le posséder. Leur combat pour la survie risque de donner naissance à un oligopole au pouvoir démesuré et, quel que soit le vainqueur, sa victoire pourrait signifier une défaite pour le bien public3. 

 

apologie-3-copie-1.jpg

 

Darnton n'est pas convaincu par la fiabilité de la digitalisation. L'obsolescence des supports lui fait craindre pour la permanence de l'information. Peut-on lui donner tort ? Quelle certitude avons-nous de la permanence des bits et des moyens mis en œuvre pour l'assurer ? Qu'en est-il des politiques de préservation du patrimoine numérique ? 

 

Darnton met en garde contre la destruction, en bibliothèque, des livres imprimés sous prétexte qu'ils sont numérisés ou microfilmés. Dans ce dernier cas, il est apparu que les microfilms n'étaient pas fiables, se dégradaient et devenaient illisibles, sans parler des omissions à la reproduction. De plus, les discours sur la dégradation du papier sont faussement alarmistes, le papier tient mieux qu'on ne le dit. Mais prend de la place et l'espace de stockage coûte cher. Avant de détruire les textes imprimés, est-on sûr de la pérennité du nouveau support ? ...les bibliothécaires ont préféré dépenser de grosses sommes pour se plier à l'orthodoxie de leur profession : microfilmer et jeter. Quel a été le coût de cette politique ? Baker estime que les bibliothèques américaines se sont débarrassées de 975,000 livres pour une valeur de 39 millions de dollars. La dimension économique de toute l'affaire semble aussi loufoque que sa dimension scientifique.

 

Qui dit que nos ebooks, au format public ou obligé de votre modèle de liseuse, seront lisibles dans vingt ans. Faudra-t-il les convertir aux standards de l'époque ? Nos enfants en auront-ils la volonté ? Sans certitude, on ne sait rien de la valeur réelle d'une bibliothèque numérique dont le prix d'achat avoisine toujours celui des œuvres brochées et imprimées.

 

Telles sont quelques lignes directrices de cet ouvrage. Sans être concerné par l'édition universitaire, le lecteur y fera des découvertes surprenantes et y repèrera maints sujets de réflexion à propos de  ce cher codex, dans tous ses états passés ou à venir.

 

Consultez aussi l'avis de Keisha et une judicieuse contradiction soulignée par Dominique. 

apologie-4b.jpg

1 Il a dirigé le projet  Gutenberg-e qui entreprend de développer l'édition numérique de thèses de recherche au sein du projet AHA (American Historical Association). Les presses universitaires sont devenues très coûteuses et incapables de faire face à tous les travaux des jeunes chercheurs en quête de reconnaissance et de nomination: le numérique peut apporter des solutions. 

2 La plus grande bibliothèque et librairie de l'histoire: 20 millions de livres numérisés de 2004 à 2012

Voir aussi Le Monde Diplomatique


Partager cet article

Repost 0

commentaires

keisha 30/11/2012 13:27


Pour en revenir au livre et sa résistance au temps, je me souviens d'un documentaire vu récemment sur les chrétiens éthiopiens ayant gardé depuis des siècles dans leurs monastères des manuscrits
dans un état quasi impeccable. Il faut réfléchir avant de jeter, en effet, sous prétexte de fragilité. Quant aux photos, les anciennes en N et B tiennet mieux la route que celles des années 70
par exemple, aux couleurs affreuses maintenant. Sans parler des photos numériques disparaissant avec le disque dur de l'ordinateur.


J'ai entamé la résistance en achetant des classiques et livres méritant plusieurs lectures , on ne sait jamais...


Ceci étant, ce livre de Darnton est excellent, intelligent, accessible... Je n'en reviens toujours pas.

Christw 01/12/2012 06:10



Entièrement d'accord Keisha: c'est un livre intelligent et accessible. 


En attendant une politique de conservation des documents numérisés au niveau public, je crois qu'il faut appliquer celle du "sauvetage à tout prix" pour nos livres et photos personnels. 


Je suis retraité du monde de l'informatique et, j'ai appris (à mes dépends parfois) que pour éviter les gros désagréments, mieux vaut sauver un document plutôt deux fois qu'une. 


Et quand la possibilité existe, pourquoi ne pas acheter les livres imprimés auxquels nous tenons... Je pratique comme cela aussi.


Je trouve que le numérique accentue cette tendance de notre époque où l'éphémère, le jetable, le vite périmé commandent au détriment du durable. Mais ce n'est peut-être pas une raison pour perdre
espoir dans la bonne utilisation des nouvelles technologies. Restons optimistes. 



Tania 27/11/2012 09:28


Quel ami, quelle amie des livres ne succomberait pas à la tentation de ce titre ?


Billet très intéressant, merci pour les liens.

Christw 27/11/2012 09:42



Demain je posterai un extrait qui aborde un autre aspect séduisant de l'étude de l'histoire du livre. 


À bientôt.


 



Dominique 27/11/2012 08:42


Un billet très complet sur ce livre que j'ai énormément apprécié, d'un grand sérieux d'une grande intelligence , je n'ai pas fait de billet par manque de temps car j'ai du rendre ce livre un peu
trop rapidement mais je retrouve bien les thèmes principaux dans votre billet 


merci pour le lien c'est sympa

Christw 27/11/2012 08:54



Avec plaisir Dominique. Content de constater que ce livre avait également suscité votre intérêt.    



Me Contacter:

  • : Marque-pages
  • : Livres - Littérature - Christian WERY
  • Contact

Rechercher

Tous les livres sur

babelio.jpg