6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 06:00

 

                                   Un écrivain bien connu fut un jour abordé

                                   par un étudiant qui lui demanda tout de go:

                                    - Pensez-vous que je sois écrivain ?

               - Eh bien, répondit l'écrivain, je ne sais pas... Aimez-vous les phrases ?

 

 

logo-copie-1.jpg

Alors qu'on lui demandait où en était son travail, un peintre éluda la question en racontant l'histoire de F. Burns, habitant d'une île perdue du Pacifique canadien. Cet homme aperçoit un soir une bûche qui flotte dans le chenal et devine qu'il s'agit de cèdre d'Alaska, bois très précieux pour les constructions. Avec son petit bateau, Burns décide de ramer vers la bûche, espérant devancer la descente de la marée. Il accroche la bûche, mais le jusant a débuté et tandis qu'il rame vers le nord, il est entraîné vers le détroit, dans la direction opposée. Quand la lune se lève, sans jamais cesser de ramer, il s'aperçoit qu'il dérive loin de son point d'attache, dépassant la pointe de l'île. À trois heures du matin, il rame toujours et le courant s'inverse. Le jour se lève, la marée le porte enfin vers sa plage où il fait rouler le bois au-dessus de la ligne de marée haute. Pendant tout ce temps, sa femme se demandait où il était.

Voilà ce que raconta le peintre pour expliquer qu'il avançait lentement et péniblement dans son travail. L'image suggérée par Annie Dillard vaut pour l'écrivain: elle ne cache pas qu'écrire un livre s'apparente à une lutte contre des forces indépendantes quelquefois contraires. Mais elle ne voudrait pas y renoncer.

 

Redisant les difficultés ordinaires et terribles de Flaubert, la prodigieuse production de Thomas Mann, elle évalue qu'un écrivain à plein temps finit en moyenne un livre tous les cinq ans. Soit un cinquième de page utilisable par jour. Voilà sa norme et elle n'évoque pas – déduisez ce que vous voulez - les livres produits en six mois, voire quelques semaines.

Car Annie Dillard pense que l'écrivain n'écrit pas, ne doit pas écrire n'importe quoi: Voici une chose que tu trouves intéressante, pour une raison difficile à expliquer. C'est difficile à expliquer parce que tu ne l'as jamais lu sur aucune page; voilà par où commencer. Tu as été créé en ce monde pour donner voix à cela, à ton propre étonnement.


Dans ce court recueil d'idées sur la vie autour de l'écriture, elle alterne des moments intenses et leur rapport à la création artistique. Il ne s'agit pas d'un livre de bons conseils pour écrire. Une avertissement plutôt : ...une occupation raisonnable et digne de durer pendant notre séjour sur cette planète consiste à passer ce temps assis dans une petite pièce, en compagnie de bouts de papier. Et il y a les jours où rien ne s'écrit. Et la solitude nécessaire, trouvée à l'écart dans une cabane sur une plage sauvage, devient alors pesante. Contrairement à l'opinion de Borges - la mienne aussi -, qui préfère élaborer des textes courts pour en avoir meilleure vision d'ensemble, elle choisit d'entreprendre des œuvres amples: Il n'est pas moins ardu d'écrire des phrases dans un livre de recettes, que d'écrire des phrases dans Moby Dick. Alors autant écrire Moby Dick.

 

Annie Dillard s'est fait connaître dès son premier livre Pèlerinage à Tinker Creek (Pulitzer 1975) où on la compare d'emblée à Thoreau. La reconnaissance internationale lui est acquise. Elle affirme que les livres possèdent des atouts difficilement définissables, appelons cela la littérature, qui les rendent incomparables pour ceux qui les apprécient : Les gens qui lisent ne sont pas trop paresseux pour allumer la télévision; ils préfèrent les livres. Et cela justifie mieux que tout sa motivation d'écrivain.

 

À la fin du livre, le brillant éloge d'un pilote jordanien d'acrobatie aérienne déploie le savoir-faire de l'américaine. Elle aboutit à une profonde réflexion sur la pureté de la création artistique: Il est difficile d'imaginer pénétration plus profonde de l'univers que le dernier piqué de Rham dans son avion, ou que l'inscription et la dissolution aériennes de sa ligne inexprimable, dépourvue de mot, anonyme.

 

En 2005, un sondage révélait qu'un français sur cinq rêvait d'être écrivain: lecteurs, écrivants, vous êtes les complices de cette femme qui aime tant les phrases.

 

 41MF3Q9ZPTL._SL500_.jpg 

 

Références: Christian Bourgeois, 1996 - 128 pages -7 €

Traduction de Brice Matthieussent

Partager cet article

Repost 0

commentaires

keisha 18/12/2012 11:03


Grâce à Dominique (eh oui, souvent cette bienfaitrice des lecteurs) j'ai lu Pèlerinage à Tinker Creek et retrouvé sa plume dans L'amour des Maytree, un roman cette fois, mais à découvrir! En
vivant en écrivant reste à trouver... Oui, des livres à lire et relire.

Christw 18/12/2012 11:27



Merci de me renseigner L'amour de Maytree. Et oui Dominique en connaît des livres, et des bons ! C'est une chance de pouvoir compter sur ses conseils mais vous n'êtes pas en reste que je sache...


Bonne journée !



Tania 12/12/2012 10:10


Merveilleux billet, Christw, lu et relu. J'y replonge dans l'atmosphère unique d'Annie Dillard que j'ai lue grâce à Dominique. Merci pour la complicité.

Christw 12/12/2012 10:52



@ Tania: Heureux que ce billet vous rappelle un belle lecture Tania.


Je vois que je suis un des rares à ne pas avoir lu de ses fictions. Tinker Creek me tente avec ce côté nature... Elle semble beaucoup chercher les endroits sauvages, isolés, afin
d'écrire en toute sérénité.


 



Theoma 08/12/2012 18:36


il m'attend sur l'étagère. J'aime bcp bcp cette grande dame.

Christw 08/12/2012 18:50



@ Theoma: Vous verrez, une écriture motivée et emballante.


Bonne lecture !



Telle 07/12/2012 08:06


je voulais dire que par exemple sur les blogs beaucoup de par les compliments reçus pensent qu'ils sont peintre photographe ou poète.; je parlais de moi pour ne pas heurter en parlant d'autres.
la qualité est chose rare enfin pour moi..mais prendre plaisir sans se croire est essentiel.

Christw 07/12/2012 11:36



@ Telle: Je ne pense pas qu'être peinte, photographe ou poète soit lié à un statut. Je connais des amateurs qui ont plus de talent, plus de sensibilité que certains noms qui ont pignon sur rue.


Le principal est de faire ce qu'on aime avec sincérité. Et tant mieux si les autres apprécient.


Je fréquente des clubs photos où beaucoup de moins doués que vous se clament "Pro". C'est à mourir de rire.



Bonheur du Jour 07/12/2012 06:07


Merci pour cette référence. Je vais me jeter sur ce livre....


Ecrire est, à mon avis, une façon d'être. J'écris depuis toujours, chaque jour, mais je n'ai jamais été publiée. J'ai bien fait quelques tentatives pour répondre à des sollicitations familiales
ou amicales, mais je n'ai jamais poussé cela très loin car je me demande si c'est bien l'aboutissement nécessaire à un travail.


Quant à l'ampleur des textes, même si je pense qu'il vaut mieux, effectivement, écrire Moby Dick que des recettes de cuisine, il me semble que notre époque appelle les textes courts.


Encore merci. Bonne journée !

Christw 07/12/2012 06:27



@ Bonheur du jour: J'avais deviné dans les textes courts de votre blog, un vrai amour des mots, des phases bien construites, chantantes. 


Comme suggéré dans le billet, si j'étais écrivain, ma préférence irait à la nouvelle plutôt qu'au long roman. J'aurais l'impression de ne pas maîtriser de nombreux chapitres, de ne pouvoir faire
quelque chose de cohérent. Mais ce n'est peut-être qu'une impression.


Bonne journée avec beaucoup de petits bonheurs !



Telle 06/12/2012 18:34


moi je ne rêve pas.je ne sais pas écrire.mes photos sont techniquement imparfaites.. je n'ai aucun désir d'être " artiste"..je prends plaisir tout simplement.


 

Christw 07/12/2012 06:19



@ Telle: Je n'ai jamais pensé que vous désiriez être artiste, pas plus que je ne rêve de l'être, même si d'aucuns m'affublent du terme auquel je préfère celui d'inventif.


Mon seul but était de reconnaître, parmi les illustrations de votre blog, une créativité réelle. Pour pratiquer la photo depuis très longtemps, je me targue de savoir reconnaître un "œil". C'est
trop rare pour que je ne vous en complimente pas. 


Cordialement.



colo 06/12/2012 17:09


Grand merci! Ma question était sur Annie Dillard, mais je note tout le reste. je connais bien sûr  le Rilke, pas les autres.


Sur un sujet un peu différent, mais pas si lointain, je vous recommande vivement si vous ne l'avez pas lu "Dans la forête du miroir" de Alberto Manguel. Un brillant essai sur les mots et le
monde.


Bonns soirée et encore merci.

Christw 06/12/2012 17:12



@ Colo: Ah oui, je l'ai emprunté en bibilothèque et espère l'acheter prochainement.  


Une mine d'or comme son histoire de la lecture. Merci du conseil ! 



colo 06/12/2012 16:07


Je ne connais pas Annie Dillard, alors pourquoi ne pas commencer avec celui-ci? Mais vous avez peut-ètre une autre suggestion à me faire...


Ses mots me font penser à ceux de G.García Marquez qui disait qu'il travaillait invariablement 8heures par jour et était fort satisfait quand il arrivait à écrire un paragraphe.

Christw 06/12/2012 17:09



@ Colo: Si votre question est relative à Annie Dillard, je ne connais rien d'autre pour le moment, sinon par ce que j'en ai entendu dire: les essais, tous, et Pélerinage à Tinker Creek, le plus gros succès. 


 


Si vous me posez la question à propos de livres sur l'écriture, en voici.


 


J'avais beaucoup apprécié en son temps (mais ne le possède pas hélas) Le jeu de l'oie de l'écrivain, pas facile à trouver en bibliothèque. Faites le
lien vers les auteurs et vous trouverez d'autres ouvrages sur le thème de la création littéraire.  


La foi d'un
écrivain est également un beau texte de JC Oates.


Il ya aussi bien sûr le classique Lettre à un jeune poète de Rilke qui vaut le détour.


Et enfin je vois aussi Le travail du style littéraire, plus technique mais plein de bonnes idées.


 


J'ajoute que Dominique (voir commentaire plus haut), apprécie beaucoup cet auteure.


 


J'espère vous avoir éclairé, à bientôt. 


 



Dominique 06/12/2012 09:44


Merci pour vos apports sur mon problème de classement mais j'attends la réponse de l'hébergeur qui jusque là continue de me dire : il n'y a aucun problème 


J'ai parfois des creux dans mes lectures, j'abandonne aussi comme vous plusieurs livres, suis très déçue par un livre que j'attendais


j'ai eu pas mal de déceptions avec les livres du moment : Rushdie, Maalouf, j'ai feuilleté les gros succès type Dikker et ils me sont tombés des mains vraiement 


Quand c'est comme ça je relis, en ce moment c'est plutôt la poésie et aussi des livres qui peuvent se picorer : je lis le dicitionnaire du judaïsme fait par Attali et cela me passionne


les livres d'Annie Dillard sont de ceux que je rouvre le plus facilement 


Dans le même genre il y a un livre que j'aime particulièrement, celuis d'un Québécois    le monde sur le flanc de la truite de Robert Lalonde aux éditions de l'olivier, c'est un
amoureux de littérature, de poésie et son petit livre est excellent

Christw 06/12/2012 09:57



@ Dominique: Heureusement finalement que tous les livres ne nous plaisent pas également, ce serait suspect ! Je vais quand même tenter autre chose d'Annie Dillard, et pourquoi pas acheter, car
cela semble le genre d'écrit qu'on relit volontiers. Et je n'achète que ce que je pense relire.


Merci de me renseigner R Lalonde. 


Il n'y a pas que des déceptions: je termine C'était nous de Bergounioux, difficile mais vraiment Grand. Je me réjouis d'en faire un billet.



Dominique 06/12/2012 09:13


Sans doute un de mes écrivains préférés.


J'ai découvert ses livres lors de leur parution chez Bourgois dans les années 90 et depuis ils ne m'ont plus quitté 


j'aime particulièrement Tinker Creek mais ce petit livre est précieux aussi, le bonheur et la difficulté d'écrire. 


une femme qui publie peu, je la préfére en essayiste qu'en romancière pour ma part.

Christw 06/12/2012 09:33



@ Dominqiue: Je me demandais justement si, au-delà de Tinker Creek, elle a eu des succès. Question de la placer dans ma PAL qui est assez volumineuse pour le moment.


Durant cette période hivernale, tous les livres m'attirent et une sélection s'impose. Je me suis planté avec Tahar Ben Jelloun et son Bonheur conjugal (sans intérêt), vous savez mon avis
sur le Médicis, j'ai lâché Anna Blume d'Auster qui me lassait (toujours du noir), etc... si bien que je suis attentif à ce que j'entreprends question lecture. 


À bientôt, j'ai laissé un autre com sur votre problème de Hautetfort. IL semble que  mes catégories ne sont pas bien classées non plus sur Overblog...


 


 



Me Contacter:

  • : Marque-pages
  • : Livres - Littérature - Christian WERY
  • Contact

Rechercher

Tous les livres sur

babelio.jpg