12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 06:00

 

Aucun régime politique ne pourra jamais maîtriser ce phénomène. Platon aurait beau chasser de sa République poètes et dramaturges; aucun tyran, dictateur, monarque ou président ne pourra bannir les rêves, cauchemars, fantasmes et délires, toute cette activité fébrile par laquelle notre cerveau concocte des histoires et y prête foi, afin que notre existence soit non seulement une existence mais une vie, afin qu'elle nous semble suivre une trajectoire, correspondre à un destin, avoir un Sens.

Jamais ne pourra être dompté l'inénarrable cerveau conteur qui fait notre humanité.

 

*****

 

Les romanciers sont souvent fiers de s'être affranchis des illusions religieuses qui handicapent le commun des mortels. Mais leur esprit est habité voire possédé par leurs personnages, tout comme l'esprit d'une paysanne superstitieuse par Jésus-Marie-Joseph, ou celui d'un fou par le diable.

 

 

Nancy Huston - L'espèce fabulatrice (Actes Sud)

 

 

cerveau5.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Christw - dans Pages marquées
commenter cet article

commentaires

Tania 13/04/2013 14:31


Que le cerveau serve à s'évader, à s'envoler, à s'inventer... Bon week-end, Christw.

Dominique 12/04/2013 10:58


même impression que Bacchante à la lecture de cet extrait


Les livres de Damasio sur le cerveau sont là pour prouver une activité qui souvent se fait "hors de nous" 

Christw 12/04/2013 12:08



Oui tout cela donne le vertige et devient affaire de neurologues pour l'aspect scientifique. Pour le reste ce nous qui nous semble être nous est construit sur des histoires
nombreuses et insoupçonnables dont le cerveau, en effet, gère souvent la trame sans...nous .


 



la bacchante 12/04/2013 08:04


"l'inénarable cerveau conteur": que l'expression est vertigineuse.

Christw 12/04/2013 08:10



C'est quasi une mise en abîme... 



Me Contacter:

  • : Marque-pages
  • : Livres - Littérature - Christian WERY
  • Contact

Rechercher

Tous les livres sur

babelio.jpg