19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 08:34

 

Délire laborieux et appauvrissant que de composer de vastes livres, de développer en cinq cent pages une idée que l'on peut très bien exposer oralement en quelques minutes. Mieux vaut feindre que ces livres existent déjà, et en offrir un résumé, un commentaire.

                                                                                       

                                                                                              Borgès.

 

Les chemins et les travaux de l'esprit qui tente l'impossible sont des sujets de méditation inépuisable. On admire les fruits visibles de son art, mais on ne cesse de songer aux opérations qui n'ont abouti à rien de visible et dont tout l'acte a été dans une absence impénétrable et pure. Là le poète a vraiment saisi l'absolu et il a espéré l'exprimer en quelques mots, par un prodige de combinaisons soustraites au hasard.

                                                                                               Blanchot.

 

 

Ces deux épigraphes me sautent à l'esprit ce matin alors que les jours derniers me pèsent de ne pas en sortir de L'imitation du bonheur de Jean Rouaud, plus de six cent longues pages. L'idée suivant son cours, je me contrarie d'avoir tenu à faire longue (deux parties) la chronique sur la Philosophie sentimale ( F. Schiffter) qui n'aboutit pas. Partant de là, je reçois courtoisement du Livre de Poche (via Babelio) le Balzac de Zweig qu'il serait préférable de chroniquer avant le 11 mars. Dehors il vient du soleil et les fleurs et les feuilles vont bientôt chanter avec les oiseaux: vais-je décider que l'hiver est fini ? 

 

Les extraits cités figurent dans Pourquoi je n'ai écrit aucun de mes livres de Marcel Bénabou (Seuil - Librairie du XXIè siècle), un livre dont j'espère trouver du temps et l'énergie pour, primesautier, le présenter dans des jours prochains.


11000674-lunettes-de-vue-sur-le-vieux-livre-epais--copie-1.jpg

Partager cet article

Repost 0
Publié par Christw - dans Pages marquées
commenter cet article

commentaires

Bonheur du Jour 23/02/2013 08:05


Je n'ai pas encore lu le livre de Rouaud. Votre réflexion sur la longueur m'interpelle également.... On me fait souvent la remarque (reproche ?) que j'écris "court". Et pourtant, écrire court
demande un long travail. Donc, est-ce dans l'aboutissement ou dans la préparation que se mesure la création ?


Bon week end.

Christw 23/02/2013 08:54



@ Bonheur du jour: Belle réflexion que vous faites-là: le récit de Jean Rouaud  L'imitation du bonheur est d'une grande intelligence, finement écrit. Il se
complaît dans une écriture qu'il a facile et brillante, un choix ici (car il a déjà fait aussi bien et plus court).


Je n'aime pas les briques. Esthétiquement, j'admire qui sait faire court, même si ce n'est pas toujours possible. 


 


Faire simple et bref est difficile, et comme vous le dites, au final on a l'impression de quelque chose qui a été facile à réaliser. Au contraire, faire simple et abouti demande beaucoup de
talent et surtout la volonté d'élaguer sans pitié, même certaines trouvailles parfois, pour arriver en peu de mots à l'essence de ce qu'on veut exprimer. Ceci est valable en expression picturale.
Le génie vous dira tout d'un trait de crayon ou de pinceau.


 


Par ailleurs j'apprécie vos phrases épurées où ne subsiste que le bonheur du moment dans sa quintessence.


 


Mais j'écris, j'écris et fais long pour vous dire qu'il est bien de faire court...


 


Bon week-end !



keisha 21/02/2013 15:05


Merci du lien. Un appareil photo particulier? (en plus de beaucoup de patience?)

Christw 21/02/2013 15:49



Depuis l'été dernier j'utilise un Canon 5D avec un zoom 35-105mm et un sigma 120-400mm.


Pour les oiseaux le 400 est un peu court mais un bon 500mm ou mieux est  hors de prix pour moi. 


 


 


 



keisha 20/02/2013 09:16


Photographiez les sittelles! Pour ma part actuellement je guette le retour des grues (ou les ai-je ratées?) elles
passent en criant désagréablement au dessus des têtes, mais leur passage est signe de retour des beaux jours. Les oiseaux , mais pour l'instant le signe du printemps est plutôt l'arrivée des
chats dans les jardins miaulant à qui mieux mieux... Les arbustes ne vont pas tarder à exploser, les fleurs sont prêtes.

Christw 20/02/2013 09:30



Ah oui les beaux jours et tout ce qui accompagne, c'est réjouissant ! Malgré les chats.  


Si cela vous dit, vous pouvez voir mes photos nature (oiseaux surtout) sur mon blog Billebaude
Nature.


 



keisha 20/02/2013 08:32


Un billet riche, des commentaires tout autant. Juste quelques réflexions...


Alors ce Balzac par Zweig, c'est forcément de l'excellent, je l'ai lu, ces deux auteurs étant très haut dans ma liste personnelle d'auteurs incontournables. Zweig, c'est la Rolls de la
biographie, il arriverait à rendre intéressant le Bottin, et Balzac, quel homme!!! Quelle oeuvre! Je n'en dis pas plus.


Les beaux jours, oui. Hier j'ai lu deux heures en plein soleil dans le jardin, entre deux balades en nature. Le bonheur, quoi. Tout n'est pas impossible quand on aime à la fois lire et profiter
du printemps.


Quant aux blogs, le vôtre me devient incontournable et influe sur mes lectures. Faites fi du blog rank! Mon blog chez overblog, abandonné pour blogspot depuis juin 2012, affiche un blog rank pas
déshonorant (mais pas haut non plus) alors qu'il est inactif. Laissons tomber ces classements, il y a longtemps que je ne m'en préoccupais plus quand j'ai quitté overblog.


Pour conclure, lire et tenir un blog doivent rester un plaisir, mais je ne doute pas que ce soit votre cas.


Bonne journée (au soleil !)

Christw 20/02/2013 08:51



Merci pour votre retour sur ce billet, Keisha. J'aime beaucoup votre expression la Rolls des biographies à propos de Zweig. Malgré les 500 pages, je suis sûr que j'aurai plaisir à approcher
Balzac à travers lui. 


 


Une remarque, je crois qu'on ne me comprend pas à propos du beau temps et de la lecture: j'ai conversé l'an passé au printemps avec Dominique du plaisir de lire dans les parcs au
soleil. J'adore cela aussi. Je veux simplement dire que les beaux jours me rendent moins disponibles pour toutes les activités liées aux livres. L'esprit ne saurait s'interroger sur la ruse pour
photographier une sittelle et dans le même temps élaborer le plan d'un billet sur une lecture philosophique. Je veux faire trop de choses, là est peut-être le problème. 


 


Oui soleil aujourd'hui, je vais en profiter un peu malgré la fraîcheur. 


Et zut au blog rank !!



Colo 20/02/2013 07:04


Il me semble que l'option blog-livre est extrêment difficile et que les statistiques ne reflètent pas la qualité du blog: il y en a tant qu'il est peu aisé de choisir le(s)quel(s) suivre. De plus
les livres que vous présentez ne sont pas des lectures dites faciles ni à la mode, ce qui restreint un peu le nombre de lecteurs sans doute.Alors ne vous en faites pas, oubliez-les un peu vous
qui parlez de plaisir!


Balzac par Zweig me tente énormément, ses biographies sont magistrales, la dernière que j'ai lue est celle de Casanova.


Je suis en train de relire "le notaire du Havre" de Duhamel, ce roman qui m'avait ennuyée à mourir à 16 ans et qui me semble maintenant d'une sensibilité et d'une écriture remaquables. Le style
varié, les scènes de la vie quotidienne, les caractères, les odeurs...


Je me suis faite un peu longue ce matin...belle journée à vous, pluies intenses pour quelques jours ici.

Christw 20/02/2013 07:32



Il y a profusion de blogs-livres, et la qualité n'est pas toujours au rendez-vous, loin de là. Mais je pense que chacun à son niveau fait de son mieux. Merci encore pour vos conseils.


 


Je note le Duhamel, je n'ai jamais lu cet auteur, je ne m'en souviens pas mais j'ai du l'aborder il y a très longtemps.


Qu'étions-nous capables de goûter à 16 ans ? La jeunesse n'a pas que des privilèges... 


 



Yspaddaden 19/02/2013 11:17


Le beau temps serait-il ennemi de la lecture, de l'écriture ? Lire un pavé au soleil reste possible, écrire quelque chose dessus s'il n'est pas stimulant et qu'il est possible, à la place, de
surveiller les premières jonquilles, peut être éprouvant. Le bien écrire et le goût d'écrire me semblent liés : ne forçons pas la nature...

Christw 19/02/2013 17:34



Le beau temps et les activités plus sportives auxquelles il permet que je me livre (j'ai besoin de bouger), qui sont des passions autant que la lecture, entrent inévitablement en concurrence pour
moi avec l'écriture de billets de lecture, et parfois avec la lecture elle-même. Je dois partager autrement mon temps, faire des choix qui ne signifient nullement que le soleil me fait perdre le
goût de lire ou d'écrire. Je le réserve à des jours plus opportun où l'envie est mieux présente. Autrement dit je ne lis pas en faisant une randonnée du vélo ou une sortie photo. Et le soir, je
dors mieux. 


Rassurez-vous, donc.


Bonne soirée.


 



Dominique 19/02/2013 11:12


Comme vous j'ai besoin de temps à autre de me déprendre un peu des livres pour mieux y revenir 


les statistiques c'est redoutable, pendant un temps je surveillais cela et puis je me suis rendue compte que je finissais par perdre un peu de mes envies pour "faire de l'audience" si je peux
parler ainsi ...j'ai stoppé net car j'aime garder le plaisir et c'est pour cela que je mets de temps à autre le mode "pause"


la bio de Balzac est celle d'André Maurois, c'est un gros volume de chez Bouquins qui regroupe les trois bio Dumas, Balzac, Hugo ,  je sais que je les lirai un jour ou l'autre sans me
presser, Balzac en particulier m'intrigue 

Christw 19/02/2013 17:03



Les statistiques sont un baromètre qui me permet de voir si j'ai quelque audience (je n'aime pas ce terme non plus), mis à part les deux ou trois commentaires des personnes habituelles, que je
remercie par ailleurs. Je n'ai pas vraiment l'impression d'intéresser grand monde, ce qui n'est pas un problème en soi, mais cela doit me faire réfléchir à l'énergie que je dépense à ce blog
alors que beaucoup de choses divertissantes et tout aussi valorisantes, si pas plus, m'attendent à côté.


L'idéal est de se faire connaître d'autres blogs mais le temps nécesaire pour y laisser un commentaire sérieux est non négligeable. Cela me semble très lourd et pour tout dire, le racollage n'est
pas trop dans mon caractère. Mais restons positif j'aime les livres et continuerai ici à le faire savoir !


 


Balzac est un boulimique de l'écriture, je me réjouis de voir ce qu'en dit Zweig !


 


En littérature américaine ce mardi, j'ai découverrt Saul Bellow aujourd'hui et notre spécialiste a dit très grand bien du Rêve Américain de Norman Mailer.  Intéressant.


 


Bonne soirée Dominique.



Dominique 19/02/2013 09:40


voilà une chronique qui me donne le sourire, je vais mettre le blog en pause pour quelques jours car je suis empêtrée dans l'écriture d'une série de billets dont je ne me sors pas !! 


Bien entendu ce sont parfois les livres que l'on a préféré dont on arrive pas à dire trois mots intelligents ! 


juste pour sourire j'ai commandé et reçu d'occasion les biographies de Maurois : Dumas, Balzac et Hugo !! de quoi alimenter un blog plusieurs jours non :-)

Christw 19/02/2013 09:59



Je vois que je ne suis pas seul à ramer ces temps-ci ! Ce n'est pas tant que je patauge, mais je commence à avoir envie d'autre chose (la photo, la nature, etc etc). Un temps pour chaque chose,
comme d'habitude chez moi, pour mieux revenir vers les livres après évidemment.


Je n'aime pas laisser le blog en plan, même pour quelques temps (il y a ce blog rank chez overblog que je surveille jour après jour, et qui agit comme un moteur mais dont il faut éviter de
dépendre au détriment du plaisir). 


 


Votre bio de Balzac, c'est celle de Zweig ? 



Me Contacter:

  • : Marque-pages
  • : Livres - Littérature - Christian WERY
  • Contact

Rechercher

Tous les livres sur

babelio.jpg