6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 06:04

 

L'homme qui n'aime que lui-même s'installe durablement sous la dépendance d'autrui. Tel l'ego-surfeur qui se «googlise» et compte, comme Harpagon ses petites pièces d'or, le nombre de pages qui parlent de lui, le sujet qui ne sort jamais de lui-même a besoin d'autrui comme de l'air qu'il respire. «Le misérable secret de Narcisse, écrit Clément Rosset, est une attention exagérée à l'autre», alors que le véritable amour de soi «implique une indifférence à toutes ses propres copies, telles qu'elles peuvent apparaître à autrui et, par le biais d'autrui, à moi-même». Le narcissisme, c'est plus fort que moi.  

 

Raphaël Enthoven - L'endroit du décor.

 

A1784.jpgLe caravage (entre 1594 et 1596)


 

Enthoven termine son chapitre sur le narcissisme en opposant Montaigne à Rousseau, qualifiant le premier d'homme pudique qui se dépeint sans fard, l'autre d'exhibitionniste, Narcisse en chef. Ce que je pense effectivement de l'un et l'autre et renforce mon empathie pour L'endroit du décor, recueil étincelant du chroniqueur et producteur à France Culture.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

keisha 08/12/2013 08:20

Lire ce dictionnaire, comme tout dictionnaire, devra se faire par petits morceaux. Donc ce sera long. ^_^

Christw 08/12/2013 08:30



Je m'en doute, vous pouvez toujours avoir une bonne idée avant d'en avoir fini ? Bonne lecture en tous cas.



keisha 07/12/2013 18:25

J'ai rencontré ce monsieur et acquis son dictionnaire sur Proust (pas encore lu), et démarré un autre de ses livres, j'hésitais, mais non, ce n'est pas L'envers du décor.Un auteur intéressant,
merci pour l'extrait.

Christw 08/12/2013 06:41



Dans le dernier paragraphe, j'avais laissé une erreur, appelant le livre du lieu commun L'envers du décor à la place de L'endroit du décor. Vous avez repris le mauvais
titre, il s'agit bien de l'endroit pas de l'envers, si vous cherchiez ce titre. Désolé.


Il y a eu beaucoup de publications sur Proust cette année, le centenaire de la Recherche, et j'avais vu un extrait du dictionnaire que vous évoquez dans le Magazine Littéraire. J'espère
que vous nous en direz un mot.



la bacchante 07/12/2013 18:03

Paradoxal mais si vrai.

Christw 08/12/2013 06:49



Merci de passer régulièrement ici, bon dimanche.



Annie 07/12/2013 13:33

J'aime beaucoup les citations que vous nous proposez, qui invitent
immédiatement à la réflexion...

Christw 07/12/2013 17:25



J'apprécie de lire cela, j'essaie, lorsque je n'ai pas le temps d'écrire un compte-rendu long, de susciter l'intérêt par des mots, des paragraphes qui m'interpellent au cours de mes lectures.


À chacun d'y trouver (ou pas) de quoi aller plus loin dans la réflexion, par d'autres rencontres livresques (ou pas).


 


Bonne soirée Annie, bon week-end. 



colo 06/12/2013 18:38

En---pas em!!

colo 06/12/2013 18:38

J'hésitais...avec H ou sans? Em español c'est sans H alors j'en ai mis un en français...au secours, je m'embrouille!

Christw 06/12/2013 18:54



Pas de souci, je demandais simplement par curiosité, Wikipédia l'orthographie avec H en anglais. ll y a aussi Santa Claus mais c'est Noël en ce cas.



colo 06/12/2013 16:54

Comme Tania, je vais le lire, c'est sûr, merci.
Sur le thème de Narcisse, la première qui avait attiré mon attention sur le sens du mythe, de sa mé-compréhension ou interprétation ( selon elle), c'est Jacqueline Kelen dans "L'esprit de
solitude".
Bonne fin de journée...avec Saint Nicholas?

Christw 06/12/2013 18:36



Un beau livre que L'esprit de solitude de J Kelen, cette connaisseuse des mythes. Je m'y replongerais volontiers (je l'ai acheté celui-là). On a souvent une mauvaise interprétation du
mythe de Narcisse, vous faites bien de le souligner. Enthoven le précise bien dans le chapitre qu'il consacre au narcissisme. 


 


Tiens, vous orthographiez Saint-Nicolas avec un "h". C'est la version anglaise, je crois.


Oui Saint-Nicolas depuis le matin qui a garni les chaussures d'Annie... Nous sommes de grands enfants finalement.


 


Bonne soirée, à bientôt. 



Dominique 06/12/2013 11:43

ah Raphaël Enthoven c'est un plaisir de l'écouter, je le capte sur Arte et sur FC dans son émissions le Gai savoir mais comme Aifelle je trouve que les chemins de la connaissance ont énormément
perdu avec son départ
Revenons à Narcisse, je suis d'humeur drolatique ce matin, je me suis toujours demandé comment il faisait pour ne pas se lasser de lui même !
Plus sérieusement il suffit d'écouter Rousseau et d'écouter Montaigne et point n'est besoin de réfléchir longtemps pour repérer celui qui se complait à surveiller son image ! mais bon je suis un
peu partiale, j'aime Montaigne et le lis Rousseau pour m'assurer qu'il ne change jamais

Christw 06/12/2013 13:01



C'est ce qui me dérange chez Rousseau, ce côté un peu nombriliste que j'ai fortement ressenti dans les rêveries du promeneur. Ce qui n'enlève rien à l'intérêt de ses écrits évidemment.


C'est grâce à vous que j'ai été plus loin avec Enthoven, un homme qui a le sens des formules habiles et une regard fort éclairé sur bien des thèmes de la vie (et de la mort). Mais tous les
philosophes sont persuadés d'avoir l'œil juste... à leur manière. Et c'est ce qui fait les joies de la controverse philosophique.


 



Tania 06/12/2013 08:59

Je le lirai, voici qui confirme sa réputation. Un bon titre pour faire davantage connaissance ?
Il est bien difficile d'apprécier nous-mêmes notre dépendance à autrui.

Christw 06/12/2013 09:39



Avec ce titre, composé de courts chapitres sur de grands thèmes (narcissisme, vie, espoir, tristesse,...), il est permis d'y musarder au jour le jour et d'y revenir plus tard. Très bien pour
connaître Enthoven, selon moi.


À moins de vivre en ermite, nous vivons en société, avons besoin des autres et il est inévitable de les voir comme un miroir de soi. Et en effet, bien difficile de mesurer notre dépendance. 



Aifelle 06/12/2013 06:58

Je regrette que Raphaël Enthoven n'anime plus lui-même "les chemins de la connaissance" le matin sur France-Culture. C'était toujours clair et souvent passionnant. C'est plus terne aujourd'hui.

Christw 06/12/2013 07:15



Je suis heureux de vous entendre regretter cela, Enthoven a le sens de la formule efficace qui se retrouve dans ce livre dont je lis un court chapitre chaque matin. Les chemins de la
connaissance est produite par lui. Il a participé à qualques émissions sur Proust l'été dernier.



Me Contacter:

  • : Marque-pages
  • : Livres - Littérature - Christian WERY
  • Contact

Rechercher

Tous les livres sur

babelio.jpg