9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 10:13

 

9782253162193-G

Pourquoi lire ? J'aime beaucoup l'idée selon laquelle, en lisant, on aime entrer en contrebande dans la tête d'un auteur pour y voler ce que l'on veut. Et la lecture n'est plus vertu. Cela est déjà une réponse à la question. De là, Charles Dantzig affirme qu'on ne lit pas des livres pour s'y trouver, ni pour ressembler aux personnages. Davantage pour ressembler au talent qu'on y trouve selon lui. 

 

Il émet bien d'autres avis très personnels dans ce recueil passionné (On ne lit que par amour) mais provocateur (Un des signes des temps barbares est que l'ignorance n'a plus honte) que tout fervent de lecture parcourra d'un œil complice.      


Lire certes mais pas n'importe quoi. Il a ses têtes: Stendhal, Proust, mais aussi ses cancres: Harry Potter, les livres de vampires,... tandis que Duras c'est bien mais il a à redire, alors que Stephen King est juste un plouc millionnaire. Ceci le rendra suffisant aux yeux des moins littéraires, ceux qui ne lisent pas la pléiade.  

Sans-titre-2.pngQu'on soit de son avis ou pas, Dantzig se risque. Chaque sujet que l'auteur considère finement en chapitres distincts d'une demi-page, trois au plus, est l'occasion de se questionner. Vous n'êtes pas d'accord avec son point de vue ? Soutenez votre contradiction, il sera sans doute heureux de vous avoir secoué: n'est-ce pas lui qui dit que les lectures allant trop dans le sens de vos goûts peuvent être dangereuses ?

 

Dantzig s'insurge contre la littérature qui devrait servir à quelque chose, et plus encore contre les livres qui sont écrits avec intention. Un livre qui tente de plaire ou de persuader, c'est une forme de condescendance. Je n'ai pas lu son Dictionnaire égoïste de la littérature française, mais dire qu'il est qualifié de subjectif par beaucoup de critiques est un euphémisme. Ce livre-ci ne l'est pas moins: forcément, chacun a ses raisons que la raison...

 

Ajoutons encore que le numérique n'ébranle guère notre homme: la littérature ne dépend pas du papier et ayant lu Darwin, le poète s'adapte. Bel acte de foi.   

Sans-titre-copie-1.jpg

 

Je remercie ceux qui ont eu le courage de me lire jusqu'ici en leur proposant le très poétique The Fanatstic Flying Books of Mr. Morris Lessmore (studios Moonbot) dont sont tirées les illustrations de cette chronique. Vous y découvrirez peut-être un Pourquoi lire ?


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dominique 11/02/2012 11:54

J'aime assez chez cet auteur sa foi totale dans le livre et sa confiance dans le fait que les changements de support ne détruiront pas l'édition
c'est un peu aussi mon avis
il a de jolies formules, seul bémol c'est que ses propos on les retrouve un peu disséminés dans ses autres livres et que celui là m'a paru à sa sortie un livre un peu trop vite fait

Christw 11/02/2012 12:24



J'avais déjà lu autre part qu'il se répétait dans Pourquoi lire ? Par contre j'ai trouvé ses propos concis et pas vraiment bâclés. Mais je ne l'ai pas (encore) lu ses autres
argumentations. 



Annie 09/02/2012 15:19

Quelle bonne question ! Je dirais, dans le plus grand désordre : par plaisir, voire passion, pour découvrir et comprendre le monde et les autres, pour échapper aux autres, pour remonter le temps,
pour se comprendre, parfois chercher à se guérir, se lisser bercer, pour apprendre, rester éveillé, ne pas se racornir, ouvrir les yeux etc etc..

Christw 09/02/2012 15:41



Cette question me vient à l'esprit en voyant tout ceux qui ne lisent rien. Et j'aimerais les convaincre! De mon côté, et je crois qu'il en est de même pour vous Annie, la lecture est une seconde
nature... 



Me Contacter:

  • : Marque-pages
  • : Livres - Littérature - Christian WERY
  • Contact

Rechercher

Tous les livres sur

babelio.jpg