6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 07:30

 

Ainsi, comme le veut le bon sens, il n’y aurait qu’un seul univers. Mais tellement de manières de le percevoir qu’il se scinderait en autant d’images mentales qu’en pourraient construire toutes les consciences susceptibles de réfléchir le monde selon l’appareillage variable dont elles sont dotées avec la panoplie de leurs sens. Un univers par espèce. Se dépliant dans toutes sortes de dimensions en fonction des instruments anatomiquement mis au service de chaque catégorie de créatures pour en explorer les lointains et en toucher les limites : si bien que le visible, l’audible, ce qui peut être senti ou touché varieraient ainsi, déterminant différemment cette poche de perceptions que chaque espèce produit autour d’elle, enfermée dans sa propre bulle qu’elle confond avec l’univers. Avec, en conséquence, dans un seul espace partagé, autant de temporalités distinctes. De telle sorte qu’il n’y aurait pas lieu de se mettre en peine d’une théorie plus compliquée pour accréditer la thèse des réalités parallèles.

 

Philippe Forest - Le chat de Scrödinger

 

Acodero-Univers-Paralleles-Novembre-2011.png

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Christw - dans Pages marquées
commenter cet article

commentaires

colo 06/01/2014 18:59

Difficile à commenter, en effet, si ce n'est que l'exploration de tous ces univers, ces réalités alternatives, ces temporalités distinctes peut donner le vertige mais enrichit les audacieux, les
curieux.
J'aime beaucoup votre illustration, merci pour ces deux billets, hors de mes habitudes de lecture, mais fort intéressants!

Christw 06/01/2014 19:17



Je n'ai pas évoqué une histoire, un conte, inclus en cinq ou six pages dans le roman que l'auteur présente comme une "histoire parfaite" et qui peut se raconter ou se lire hors du contexte du
livre. J'ai adoré la chute. Je suis en train de réfléchir à ce que je vais en faire, afin de le partager d'une façon ou d'une autre. À suivre alors.  


Bonne soirée  !



Tania 06/01/2014 08:33

Jolie, cette spirale ! N'étant pas inspirée pour commenter, je joins cette citation d'un autre spécialiste :
"Par l’art seulement, nous pouvons sortir de nous, savoir ce que voit un autre de cet univers qui n’est pas le même que le nôtre et dont les paysages nous seraient restés aussi inconnus que ceux
qu’il peut y avoir dans la lune. Grâce à l’art, au lieu de voir un seul monde, le nôtre, nous le voyons se multiplier, et autant qu’il y a d’artistes originaux, autant nous avons de mondes à notre
disposition, plus différents les uns des autres que ceux qui roulent dans l’infini, et qui bien des siècles après qu’est éteint le foyer dont ils émanaient, qu’il s’appelât Rembrandt ou Ver Meer,
nous envoient leur rayon spécial."

Christw 06/01/2014 08:43



Mais oui bien sûr voilà une autre réflexion qui nous rappelle qu'il y en a beaucoup des univers parallèles !


 


Pas inspiré(e) pour commenter: cela me pèse souvent lorsque je passe en revue les blogs des un(e) et des autres, avec des contenus intéressants mais pas de mots, pas d'idée intéressante à
émettre. Je regrette souvent alors d'avoir écrit une banalité qui meuble et n'enrichit personne.


Merci d'avoir choisi cette citation judicieuse.



Me Contacter:

  • : Marque-pages
  • : Livres - Littérature - Christian WERY
  • Contact

Rechercher

Tous les livres sur

babelio.jpg