30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 06:00

 

 cioran-An-copie-2.jpg

 

Comment, dans ce recueil de fragments, faire la différence entre vérité et caprice ? À chacun de trouver ses certitudes, la perplexité incitera à la réflexion et on y aura gagné. Et, en fin de compte, y-a-t-il quelque réponse aux interrogations soulevées par les propos du penseur roumain ?

 

 

 

Lire, c'est laisser un autre peiner pour vous. La forme la plus délicate d'exploitation.

 

 

Pour un écrivain, changer de langue, c'est écrire une lettre d'amour avec un dictionnaire.

 

 

La critique est un contresens: il faut lire, non pour comprendre autrui mais pour se comprendre soi-même.

 

 

Le français: idiome idéal pour traduire délicatement des sentiments équivoques.

 

 

Notre place est quelque part entre l'être et le non-être, entre deux fictions.

 

 

 

 CioranAveux et anathèmes (Gallimard-Arcades, 1987).

Partager cet article

Repost 0
Publié par Christw - dans Pages marquées
commenter cet article

commentaires

Bonheur du Jour 12/01/2013 18:24


Oui, vous avez raison: c'est bien d'aller voir là où les idées, les pensées, les actes, la philosophie, .... sont différents. C'est pourquoi je vais continuer mes recherches des livres de Cioran
qui étaient, j'en suis sûre, dans ma bibliothèque, mais qui n'y sont plus : à qui donc les aurais-je prêtés ? et depuis quand ?

Christw 12/01/2013 18:35



@ Bonheur du jour: C'est bien d'un côté que les livres circulent !  Je m'en veux parfois de voir mes livres au repos dans la petite vitrine qui me sert de bibliothèque...


Bonne soirée, bon dimache !



Bonheur du Jour 05/01/2013 14:36


Je connais mal Cioran et ce que j'en ai ressenti est quand même un profond pessimisme qui ne me correspond pas. Quelques commentateurs parlent de son journal : bonne idée, certainement, pour
mieux le connaître. Je pars voir s'il n'est pas dans ma bibliothèque, sinon, j'irai à la bibliothèque.


Merci et à bientôt.

Christw 05/01/2013 14:48



@ Bonheur du jour: Parfois il m'arrive d'aller vers ce qui ne me correspond pas, ou peu, afin de mieux me retrouver après, d'affiner mes certitudes, les mettre à l'épreuve en quelque sorte. 


Et c'est le choix de chacun et chacune de ne pas aimer aimer les auteurs négatifs, je vous comprends. 


À bientôt.



telos 03/01/2013 07:03


de Cioran je viens de lire " de l'inconvénient d'être né "..à parcourir mais je n'ai pas accroché.

Christw 03/01/2013 07:13



Encore un titre qui traduit le pessimisme et l'ironie.


Un cynisme qui a des accents de lucidité quand on regarde ce qui se passe sur la planète. 


Mais accrocher et rester accrcoché à Cioran ne changera pas grand chose assurément.


 



Tania 02/01/2013 10:18


"Lire, non pour comprendre autrui mais pour se comprendre soi-même" : j'ôterais le "non", je
mettrais "et" à la place de "mais".
Pour ce premier commentaire de l'année, puisque vous nous offrez le choix des couleurs, j'en
profite. Bonne journée ! 

Christw 02/01/2013 11:30



@ Tania: Votre version positive manifeste plus d'empathie et je suis assez de votre avis.


Je trouve beaucoup d'amertume envers autrui chez Cioran qui donne l'image d'un homme désabusé. (Je ne crois pas qu'il l'était autant que ses aphorismes le suggèrent.)


 



Dominique 30/12/2012 15:54


je le trouve un peu moins noir dans son journal car alternent alors des moments de vie, des rencontres qui "allègent" un peu le propos 

Christw 30/12/2012 16:04



Ok je m'oriente vers le journal, je sais que je peux vous faire confiance ! Je vais fouiner à la bibilothèque. Et pourquoi pas acheter d'occasion, c'est le genre de bouquin qui se relit.



Dominique 30/12/2012 13:32


J'ai toujours eu un faible pour Cioran malgré tous ses défauts, ses erreurs de jeunesse et l'exagération vers l'amertume qui le caractérise 


mon préféré c'est malgré tout son journal que je feuillète assez fréquement, comme ma mémoire commence à me jouer des tours, j'ai le plaisir de retrouver des petites phrases que j'aime mais que
j'oublie vite. 

Christw 30/12/2012 15:49



Il faudra que je me procure ce journal, je trouve Cioran souvent excessif et noir,  mais il a le mérite de suciter la réflexion ou la polémique. 



colo 30/12/2012 09:44


Des pistes de réflexion, sûrement.


Ici vous parlez de scepticisme et ironie, dans "Syllogismes de l'amertume", les pensées sont nettement plus noires, souvent cyniques même.


Ma réflexion se portera aujourd'hui sur le changement de langue!


Belle journée à vous.

Christw 30/12/2012 16:01



Je croyais avoir Syllogismes de l'amertume mais non je ne le trouve pas.


J'ai La Tentation d'exister, assez ardu et Exercices d'admiration, celui qui me tend les bras pour le moment. Je suis curieux de voir ce qu'il raconte sur Borges, Michaux,
Fitzgerald, Beckett etc...


 


Votre intérêt pour le changement de langue rejoint le mien pour tous les problèmes de traduction.  Il paraît actuellement le Tome III (oui on commence par celui-là) d'une série de 4 sur
l'histoire de la traduction en français. Cher évidemment mais à l'arrivée, une somme sans équivalent. Voir http://www.vox-poetica.org/sflgc/a/spip.php?article834





Plus abordable "Penser entre les langues" de H Wismann (Albin Michel) (22€)


 



Me Contacter:

  • : Marque-pages
  • : Livres - Littérature - Christian WERY
  • Contact

Rechercher

Tous les livres sur

babelio.jpg