4 août 2013 7 04 /08 /août /2013 07:00

 

Être écrivain, c'est-à-dire transcrire manuellement des pensées sur du papier, était chose difficile pour Walser1 au niveau le plus élémentaire. Dans les premiers temps, il s'enorgueillissait de son écriture claire et bien formée. [...]. Au cours de la trentaine (il reste vague sur la date), il commença à souffrir de crampes psychosomatiques à la main droite. Il les attribua à une animosité inconsciente contre la plume en tant qu'instrument et parvint à les surmonter en abandonnant la plume pour le crayon.

L'acte d'écrire au crayon fut assez important pour que Walser le qualifiât de «système» ou de «méthode du crayon». Lorsqu'il passa à ce type d'écriture, il changea radicalement aussi de graphie. À sa mort, il laissa quelques cinq cents microgrammes couverts d'une marge à l'autre de rangées de signes calligraphiques minuscules et délicats, d'une écriture si difficile à lire que son exécuteur testamentaire crut tout d'abord que ces papiers appartenaient à un journal personnel rédigé en code secret. [...].

Plus intéressante que le décryptage de l'écriture elle-même est la question de savoir ce que la méthode du crayon permit à Walser écrivain de faire et que la plume n'autorisait plus [...]. Il semble que la réponse soit que, à l'instar d'un peintre tenant un fusain entre ses doigts, Walser ait eu besoin d'avoir un mouvement sûr et cadencé de la main avant de trouver l'état d'esprit dans lequel la rêverie, composition et flot de l'écriture devienne à peu près la même chose. Dans une pièce en prose intitulée «Esquisse au crayon» qui date de 1926-1927, il évoque la «béatitude singulière» que cette méthode lui offrait. «Elle m'apaise et me réjouit», dit-il par ailleurs. Les textes de Walser ne procèdent ni selon la logique ni selon une ligne narrative, mais par états d'humeur, lubies et associations; par tempérament, il est moins un penseur qui suit un raisonnement ou un conteur le cours d'un récit qu'un écrivain attaché aux belles-lettres. L'écriture sténographique qu'il avait inventée et le crayon permirent ce mouvement de la main résolu, ininterrompu, introverti et animé par le rêve qui était devenu indispensable à sont état d'esprit créatif.

 

J. M. Coetzee - De la lecture à l'écriture (Chroniques littéraires de 2000  à 2005)

 

 

walser_walk.jpg

© Karl Walser2

 

1 Robert Walser (1878-1956)

2 Karl Walser est le frère aîné de Robert.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Christw - dans Pages marquées
commenter cet article

commentaires

Bonheur du Jour 09/08/2013 06:28


Texte passionnant. Merci.

Christw 09/08/2013 07:41



@Bonheur du jour: Avec plaisir. 



keisha 06/08/2013 07:52


J'ai lu cette citation avec beaucoup d'intérêt. S'il a pu écrire ensuite au crayon, oui, c'était vraisemblablement psychosomatique, car il me semble que stylo et crayon utilisent les mêmes
parties du corps.

Christw 06/08/2013 09:16



@Keisha: Il est passé de la plume au crayon (ou du stylo-plume au crayon, le stylo-bille aussi facile que le crayon n'existe que depuis la dernière guerre environ). 


Il est plus difficile d'écrire vite à la plume qu'au crayon d'où ces troubles, qu'on imagine bien venir de la frustration de ne pouvoir laisser couler le flot des mots comme ils viennent. Le
crayon et les pattes de mouche facilitaient son plaisir d'écrire.



Tania 04/08/2013 08:46


Walser, " l'écrivain des choses petites, délicates et belles", dit Wikipedia - il
serait temps que je le lise. Ce qu'écrit Coetzee de son passage de la plume au crayon, du mouvement de la main, parle à tous ceux qui aiment écrire. Clavier ou écriture manuelle, les gestes
sont très différents aussi, et on le sent chaque fois qu'on reprend l'écriture manuelle. "Surf des mots", joli titre. 



Christw 04/08/2013 09:09



@Tania: Pour moi, l'aspect fastidieux de l'écriture est qu'elle va beaucoup moins vite que la pensée, le flux des mots. C'est pire au clavier et surtout vrai lors de l'ébauche d'un brouillon sur
ordinateur. 


Walser a passé la fin de sa vie en institution psychiatrique d'où il s'est éloigné un jour de neige où il s'est définitivement perdu. 



Me Contacter:

  • : Marque-pages
  • : Livres - Littérature - Christian WERY
  • Contact

Rechercher

Tous les livres sur

babelio.jpg