6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 07:00

 

libraire-en-colere-copie-1 

Dès la page 15 de cet écrit qui en compte une centaine, on touche le mal: Plus de vol ou presque, c'est sinistre, ils n'ont même plus envie de piquer un petit roman. C'est dire que les livres n'ont plus grande valeur en regard du smartphone ou du lecteur MP3. Les temps changent et on comprend le désappointement de ceux dont le commerce repose sur des habitudes en mutation. Je ne parle pas de colère, je ne la perçois pas trop chez ce libraire, j'entends plutôt tristesse et impuissance.

 

Mais à quoi bon s'insurger contre ceux qui adoptent des comportements induits par les technologies actuelles qui, il faut en convenir, offrent des facilités et des opportunités intéressantes pour autant qu'on les exploite intelligemment ? Derrière la vitrine de la boutique désertée, en attente de l'acheteur passionné de littérature, on ne voit forcément plus que des gens le portable à l'oreille et l'écran tactile au doigt, ces indifférents qui ne sont pas pour autant des sots, car le monde a changé et bouge encore. Au commerçant de s'adapter et c'est en effet dommage de ne plus trouver cette petite libraire sympathique et compétente d'avant.... comme on ne trouve plus de boucherie ou de cordonnerie au coin de la rue. Avec leur côté humain.


hemon-noel-3.jpg    La librairie Vivienne à Paris - Noel Hemon 


Le livre n'est cependant pas, selon moi, autant en danger que les librairies traditionnelles. L'expansion du livre numérique n'est un vrai souci que pour ceux qui imaginent que tout sera numérique. Les lecteurs devraient espérer que les livres imprimés seront cela plus beaux ! Car d'accord pour le livre papier, mais quand on voit les pages en papier brouillon (je reste poli) et les reliures à peine collées qu'on refile aujourd'hui pour 20€, je vote digital.

 

Les commerces en ligne favorisent le lymphatisme: difficulté d'aller acheter dehors ou en ville, parce qu'on n'a pas le temps, pas de place de parking, pas envie de marcher, ni de bus, ni de métro. Et puis, mal de l'époque, l'immédiateté, tout et tout de suite: à quoi bon commander chez le libraire alors qu'en deux clics, le livre sera chez soi demain ou dans la minute si c'est un ebook ? Le diagnostic est là, c'est un fait de société, le remède est compliqué et les vieux libraires désarmés se lamentent.

Les conseils du libraire ? Qu'on achète sur la toile ou pas, celui qui veut s'informer le fera toujours. Le problème étant surtout de maintenir l'envie, le réflexe de s'informer avant d'acheter. L'expérience du libraire devrait se perpétuer en ligne, même si je considère que les blogs de lecture peuvent constituer d'excellentes sources d'information.

 

Parenthèse: Emmanuel Delhomme rapporte qu'il a 80% de clients femmes. Les femmes lisent plus de romans. Les blogs de lecture sont beaucoup plus rarement le fait de messieurs. Est-ce dire que l'avenir du livre repose sur les lectrices ? Et la lecture, une activité spécifiquement féminine1 ? Quelques explications ici.


griswold-joan-1-copie-1                                           Peinture de Joan Griswold

 

Le libraire en colère, évoque la crise de l'édition du livre et cite Jérôme Lindon: C'est la seule industrie au monde qui lorsque tout va mal produit davantage. C'est complètement mon ressenti: peut-être dans le souci de rentabiliser des machines, on assiste à l'impression d'une multitude de livres, à tirage limité, d'auteurs en mal de reconnaissance, de réussite littéraire, qui engendrent des tonnes de papier qu'on ne parcourra jamais au-delà de dix pages. Tous croient savoir écrire, intéresser. Cela reste un don et un métier. Voyez les livres en service presse, les cadeaux de promotion, j'en ai reçu beaucoup trop qui ne valent pas tripette. Je serais curieux de voir comment finissent toutes ces piles de livres inconsistants. 

 

J'aurais voulu, au terme de ce billet, tirer des conclusions: comment le ferais-je alors que les professionnels du métier sont dans le flou ? Une chose est sûre, en fréquentant les nombreux blogs consacrés à la lecture tenus par des féru(e)s, en me baladant à la Fnac, à la bibliothèque, je ne sens pas le livre en perdition. À recadrer, certes, mais rien n'est perdu.

Écoutez Delhomme parler d'anciens représentants de l'édition, des pointures, de ceux qui n'étaient pas des brosses à reluire (sic) : Les mots ne leur manquaient pas: ils avaient toute la panoplie à leur disposition, toutes les nuances pour vous faire saliver, ils aiment, ils en sont fous. La beauté de leur visage à ce moment précis, le rire délicat ou brusque qui accompagnait leur description. Ils étaient ailleurs, ils naviguaient encore dans le texte, ils ne pouvaient pas simuler, ils étaient heureux de vous sentir à l'écoute. Le livre ne doit surtout pas perdre les passionnés, les locomotives. 


Et pour citer encore le libraire parisien, formulons le vœu que les livres nous sauveront de notre médiocrité.

 

griswold-joan-3.jpgPeinture de Joan Griswold

 

Prenez un rendez-vous québécois avec Les anecdotes de librairie de Lali, où j'ai piqué mes peintures de boutiques.

 

N'hésitez pas à visiter À sauts et à gambades qui aborde pour le moment des livres sur le thème de la librairie. 

 

Solidarité avec les libraires ? Visitez Chez Gaëlle

 

 

1 Je vous promets prochainement sur ce blog un extrait du sarcastique Éric Chevillard sur l'homme petit lecteur.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

wordpress.com 19/09/2014 08:21

Librairie est la négociation commerciale de livres, la vente au détail et de la distribution du processus de publication. Les gens qui se livrent à la vente de livres sont appelés les libraires ou bookmen.

dasola 20/01/2013 15:05


Bonjour Christw, cela me fait quelque chose de voir ce libraire sur une couveture de livre. Je suis allée souvent dans sa librairie située à côté des Champs Elysées (je ne vais pratiquement plus
dans ce coin depuis quelques années). La crise du livre: vaste programme. Comme tu le dis c'est surtout que les librairies disparaissent. Moi j'y vais le plus souvent possible. J'en ai une dans
une rue derrière chez moi. J'espère, je prie pour que l'on puisse acheter des livres dans une librairie et non pas sur internet (ce que je ne fais jamais). Bon dimanche.

Christw 20/01/2013 15:52



Merci de laisser un mot ici, Dasola.


Acheter sur internet est surtout une alternative si je ne trouve pas le livre dans la ville ou près de mon quartier, souvent le cas des livres d'occasion par exemple. 


Je suis sensible au désarroi des libraires parce qu'il y en a de très compétents, de plus en plus rares hélàs. Et cette compétence vient d'abord de l'amour des livres que je partage et prône.


Bon dimanche à toi !



Jeanmi 09/01/2013 19:21


Les libraires indépendants relèvent la tête, les supermachés du livre la baisse (voir l'article de mon blog) Il ne faut pas désespérer, le combat est loin d'être perdu !

Christw 10/01/2013 05:11



@ Jeanmi: Je trouve très intéressante l'initiative d'unir les efforts des libraires de proximité avec la vente en ligne. Voir l'article de l'Actualitté. 


 



Le vieux bougon 08/01/2013 21:30


L'un des libraires chez qui je vais régulièrement faire des dédicaces (La Librairie des Eoles à St Léonard de Noblat en Haute-Vienne) a été contraint de mettre la clé sous la porte, comme il dit.
Entre les 2 supermarchés et la maison de la presse, il n'avait plus sa place. On ne remplace pourtant jamais un librairie. Les mutations sont toujours difficiles à vivre. Pour lui surtout, à
présent.

Christw 09/01/2013 09:40



Le livre étouffe entre la grande consommation et l'information débridée. 


La librairie permet de toucher le livre avant l'achat. Et parfois de dialoguer avec les auteurs via les rencontres. On ne remplacera pas tout cela par Internet. Au fond le livre imprimé vaut
autant en tant qu'objet matériel que par son contenu. 


 



keisha 08/01/2013 15:29


Merci pour la video (pas encore hélas un coin où je pourrai aller de sitôt, alors finalement je reste fidèle aux biblis)

Christw 08/01/2013 16:36



@ Keisha: Fidélité que je partage avec vous Keisha !


J'ai néanmoins un bon cadeau (ah les fêtes !) pour des achats livres: j'irai fouiner en librairie, une fois n'est pas coutume. 



christw 08/01/2013 08:32


Je complète le billet sur le libraire en colère par une vidéo trouvée après mon post: un
homme qui parle bien des livres qu'il aime.

Tania 07/01/2013 10:28


"ce" nouveau format, bien sûr.

Christw 07/01/2013 16:46



@ Tania: N'hésitez pas à m'envoyer un e-mail si vous souhaitez échanger autrement commentaires et liens intéressants.


À bientôt, bonne fin de journée.


 



Tania 07/01/2013 10:25


Quel billet excitant, je viens le relire en m'accompagnant d'un bon café. J'aime beaucoup les illustrations que vous avez choisies, j'irai explorer les liens.


Le sort des librairies est lié au livre et, vous avez raison, à l'avenir des commerces indépendants. La dernière fois que je suis allée faire le plein de livres chez Tropismes, à la galerie des
Princes, j'ai frémi en constatant que plusieurs boutiques des Galeries Royales Saint-Hubert avaient disparu, remplacées par des enseignes internationales - je crains fort cette dépersonnalisation
des lieux qui leur ôterait de leur charme unique. (Je me souviens de ma déception à Moscou en découvrant les magnifiques galeries couvertes Goum envahies par les marques de luxe, seules quelques
rares boutiques russes persistaient, une marchande de bas, par exemple, comme l'excellent gantier des Galeries bruxelloises.)


La question des lectrices et des lecteurs : Hubert Nyssen l’aborde dans « Lira bien qui lira le dernier » dédié entre autres à « Mlle Esperluette, une lectrice qui se
reconnaîtra » (il y cite Pascal Lainé : « Les femmes sont les véritables lectrices. »)
L’article auquel vous renvoyez est intéressant, je le commenterais volontiers en détail, mais je vois que je déborde déjà… (Etonnée de voir dans le classement anglais, que les lecteurs ne citent
que des écrivains et les lectrices que des écrivaines dans leur top 5. Curieuse de découvrir un magazine en ligne résolument masculin.)


Trop de livres tuent le livre ? Peut-être. Trop de livres médiocres, sûrement. En revanche, il me semble qu’on traduit davantage et je m’en réjouis. Le premier blog littéraire dont j’aie
entendu parler est « La république des livres » d’Assouline, qui prolonge là son travail de critique et, comme dans les journaux, comme de plus en plus de blogs, recourt désormais à la
publicité, dommage. Je suis heureuse de la présence de votre plume masculine dans la blogosphère, voilà qui est dit.


J’ai pensé à vous en lisant un article du Temps (inscription gratuite pour l’accès aux articles intégraux) : http://www.letemps.ch/Page/Uuid/218b1c48-8afe-11e1-884d-e8efe47305ae/La_liseuse_num%C3%A9rique_plong%C3%A9e_dans_un_nouveau_monde#.UOqSpW-qnu0 « La
liseuse numérique, plongée dans un nouveau monde »


Et tant que j’y suis, je vous signale aussi http://www.letemps.ch/Page/Uuid/c9c25eea-3c73-11e2-934f-601daef1c43c%7C0#.UOqSKm-qnu0 « Quand
le livre tombe des mains des ados… » et http://www.letemps.ch/Page/Uuid/fe510210-8f17-11e1-955d-b83cf3181aff/Les_Suisses_romands_sont_de_grandes_lectrices#.UOqSa2-qnu0 « Les
Suisses romands sont de grandes lectrices »


Bonne journée, Christw, excusez-moi d’avoir été si bavarde ! (J'espère que cette nouveau format pour commenter gardera réellement mes références.)

Christw 07/01/2013 16:09



@ Tania: Je me sens parfois esseulé dans la blogosphère livres/lecture essentiellement féminine, et pour moi la question est Pourquoi si peu d'hommes ? Je cherche des réponses
basées sur des statistiques et études sérieuses. Merci pour les pistes fournies. Je connaissais Nyssen et Melle Esperluette, mais je me demande si à sa lecture, j'étais aussi sensible à ce sujet.


 


Vous aurez remarqué que 01Men ne parle guère de littérature. Je suis aussi foot, F1 mais pourquoi pas aussi littéraire, lecteur de romans ?  Où est la contradiction ? 


 


Maintenant je m'enregistre au Temps et vous donne un retour prochainement sur vos suggestions.


 


Pas de souci avec les longs commentaires, c'est un échange fructueux. Merci ! 


 



Dominique 06/01/2013 09:54


Deux billets qui se répondent ! Le livre de ce libraire n'est pas à la bibliothèque mais à vous lire je le trouve très "en dessous" de la colère qu'il a manifesté dans les émissions de radio où
je l'ai entendu. 
le prix unique du livre en France est une bonne chose mais elle ne suffit pas, je suis ahurie par le nombre de livres qui paraissent à nouveau en ce mois de janvier, je ne vois pas comment un
libraire peut parcourir l'ensemble et mettre en avant ceux qui lui semble les meilleurs sauf à se fier uniquement à un nom d'auteur mais c'est oublié que les meilleurs auteurs commettent aussi
parfois des livres faiciles


Je suis comme vous Christian, je ne crois pas que le numérique va entrainer la disparition du livre, mais peut être un changement danss l'édition, si le fichu problème des DRM était réglé je
crois que je privilégierai le numérique plutôt qu'une mauvaise édition poche qui se décolle et jaunie après seulement quelques mois (et parfois plus vite)


 Je me suis mis en colère dans une librairie de Lyon il y a peu car je cherchais le dernier livre de Michel Crépu sur Philippe Jaccottet , un écrivain connu et un poète très connu, et bien
non le livre était inconnu, c'est tout juste si on ne ma pas dit que le titre devait être mauvais, il a fallu que j'insiste en ajoutant " mais vous l'avez référencé sur votre site internet ! et
alors j'ai vu cette libraire ne pas comprendre pourquoi j'étais en colère de ne pas le trouver ici, pour de bon, pour pouvoir le feuilleter et me décider ......Libraire vous avez dit libraire ?

Christw 06/01/2013 17:32



@ Dominique: Pas trop en colère, le libraire, mais pas content quand même. Le livre n'est pas un must, rassurez-vous si vous ne le trouvez pas, rien ne s'y lit de bien nouveau. Un bon point de
départ sur le sujet librairie.


 


Ah les DRM ! mais il faut comprendre les éditeurs, sans DRM c'est peut-être la porte ouverte aux pires piratages ? L'ennuyeux est que ceux qui paient avec DRM ont des problèmes pour lire leur
livre sur plusieurs supports, c'est un comble ! 


 


Quant à la compétence des libraires, Dominique, croyez-moi ou pas, mais je suis sidéré par l'incompétence de bien des vendeurs aujourd'hui, et c'est dans beaucoup de domaines; si une librairie
veut vivre sur les compétences de ses conseillers, encore faut-il que ces derniers aient une formation convenable.


Généralement les employés de la Fnac à Liège connaissent leur sujet. Autre part, j'ai déjà eu des surprises. Les vendeurs d'occasion ont souvent de bonnes connaissances, certains en tous cas et
ils sont très dévoués pour dénicher le livre demandé.


 


Bonne semaine !



keisha 06/01/2013 08:41


Dominique et vous êtes des tentateurs... J'avoue être plutôt du genre à emprunter en bibli (où ce livre n'est pas, hélas)(mais quand même celui présenté par Dominique aujourd'hui, joie!).
J'achète rarement, ou du très ciblé. Tout à fait d'accord pour le manque de qualité papier de certians livres à 20€ . J'ai remarqué que de "petits" éditeurs se font remarquer justement par la
qualité de l'objet livre, ils ont raison de se démarquer ainsi aussi.


Mon expérience de lectrice voyageant en train me conduit aussi à observer plutôt des écrans lus, non, pas des liseuses, mais des téléphones; Quelques mots fléchés, magazines, mais guère de vrais
livres...

Christw 06/01/2013 17:19



@ keisha: Comme vous je suis un bon client de bibliothèque, et s'il m'arrive depuis quelques temps d'acheter, c'est à l'affût d'une belle occasion, en poche ou pas. Je ne connais donc pas très
bien l'atmosphère librairie sympa. 


 


La survie du livre papier passe pas la qualité de sa présentation, plein de petits éditeurs en sont conscients, j'ai lu cela dans un Lire de la rentrée. Des projets de belles reliures,
un papier soigné, le rêve quoi. Mais c'est difficile économiquement pour l'éditeur. La librairie, bientôt un commerce de luxe ?


 


Pour voyager, la liseuse est pratique non ? Ou le smartphone, mais n'est-ce pas trop petit ?


 


Bonne semaine !



Me Contacter:

  • : Marque-pages
  • : Livres - Littérature - Christian WERY
  • Contact

Rechercher

Tous les livres sur

babelio.jpg