28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 05:00

 

foret-paysage-en-Broceliande-

 

 

En lisant Le chat de Schrödinger, j'ai rencontré une histoire parfaite. Telle que l'imagine l'auteur, ronde et impossible, telle que j'en demeure ravi, suspendu aux derniers mots, en porte à faux de la réalité.

 

Voici comment l'introduit Philippe Forest : Je connais une histoire parfaite qui, si j’y réfléchis, est la transposition la meilleure de l’expérience de pensée qu’a conçue Schrödinger. Montrant le monde comme si se superposaient en lui deux états opposés de la réalité dont l’existence dépend uniquement de l’observation dont chacun est l’objet. La plus juste parabole de ma vie, aussi.  

 

Un récit dont il ne connaît pas les origines : Je dis : « Je connais une histoire parfaite. » Mais, en vérité, j’en sais très peu sur elle. Presque rien. Pas même qui en est l’auteur. Elle se trouve peut-être dans l’un des vieux livres de la bibliothèque. 

 

Les habitué(e)s de ce blog l'ont déjà reçue par courriel. Les autres en disposeront sur simple demande via la rubrique Contact ou en commentaire à ce billet.

 

Je m'en voudrais de ne pas rappeler une autre histoire parfaite, selon mes critères, qui elle aussi possède une admirable  note surréaliste et spirituelle : L'enfant de la haute mer de Jacques Supervielle. Le coup de cœur pour cette nouvelle m'avait conduit à réaliser une image créative sur ce thème: voir CW Creative.

 

Avez-vous une histoire parfaite ?

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

dasola 02/02/2014 10:32

Bonjour Christw, non malheureusement, spontanément je ne connais pas d'histoire parfaite. En revanche, j''ai suivi les liens à propos du chat de Schrödinger, très intéressant. Je note le
roman/essai de Ph. Forest. Merci et bon dimanche.

Christw 02/02/2014 10:44



J'espère que vous avez bien reçu l'histoire parfaite ? J'espère aussi que vous trouverez Le chat de S... à votre goût. 



Annie 29/01/2014 16:37

Merci pour cette histoire, que je viens de lire à l'instant ! Se laisser porter par le texte et sourire à la chute, un très bon moment ! Très heureuse également d'avoir découvert vos photos.
J'envie votre technique et votre talent !

Christw 29/01/2014 17:37



Merci pour tout, Annie, à très bientôt sur votre blog. 



colo 29/01/2014 16:01

Je me suis laissée emporter d'un bout à l'autre du rêve, souhaitant qu'aucune réalité ne vienne l'interrompre. J'aime beaucoup son écriture, la fin est...parfaite, un peu abrupte. Oui le mystère
persiste et c'est fort bien ainsi!
Grand merci! (votre photo est superbe et s'ajuste parfaitement au texte)

Christw 29/01/2014 17:36



Je suis heureux que le partage est bien "fonctionné" avec la plupart.


J'ai surtout été séduit par les mots de la fin qui établissent une connexion entre rêve et réalité.


Portez-vous bien, bonne soirée !



Aifelle 28/01/2014 16:56

Tout-à-fait d'accord, je ne déteste pas rester dans le mystère :-)

Christw 28/01/2014 16:59



Finalement c'est très littéraire ce mystère !


Et nous partageons donc le même avis 



Aifelle 28/01/2014 13:11

Je l'ai lue et j'en ai d'abord admiré le style. Tout le début m'a fait penser à ces rêves éveillés que l'on fait en relaxation, où justement tout mène à la perfection. La fin amène bien des
questions sur l'espace et le temps.

Christw 28/01/2014 16:55



En relaxation, oui, c'est une remarque intéressante, l'hypnose permet aussi de rêver éveillé.


La chute de la nouvelle est juste un jeu esthétique séduisant, il soulève des questions sur les dimensions espace-temps en effet et pas nécessaire d'essayer d'y répondre, une belle question est
une forme de beauté, non ? 


Bonne soirée Aifelle.



Aifelle 28/01/2014 11:20

Merci pour le mail, je n'ai pas encore lu la nouvelle, je vais le faire dans la journée. Une histoire parfaite ? j'ai dû en rencontrer au moins une ou deux dans ma vie de lectrice, tout de suite le
souvenir ne m'en revient pas.

Dominique 28/01/2014 10:48

c'est étrange de vous lire alors que pour ma part je n'ai pas accroché vraiment à cette lecture, curieux de voir ce qu'un autre lecteur a aimé
une histoire parfaite ? il faut réfléchir car c'est difficile de qualifier ainsi un roman qui en général a forcément des passages moins réussis, il doit donc s'agir d'une nouvelle ou d'un roman
très court ....je crois que le petit livre que j'ai lu il y a peu "la traductrice" pourrait être ainsi qualifié

Christw 28/01/2014 16:50



Les goûts divergent et c'est heureux, cela permet la diversité qui est source de richesse.


Histoire parfaite: c'est Forest qui le dit. Je dirais plutôt histoire ronde, qui se referme avec beauté, comme sur un tour de magie auquel on n'a rien compris ou comme un mat astucieux aux
échecs.


Si on veut parler de récit parfait, il faut envisager quelque chose de court. Et vous me faites penser que c'est peut-être ce que je recherche dans une nouvelle, cette simplicité qui confine à
l'idéal. Rare mais la quête est belle. Munro en est loin par exemple. Je vous parlerai bientot de Jean Forton qui est de cette trempe parfois.


 


La traductrice, j'avais déjà noté sur votre blog, j'espère le lire bientôt. 



Nadejda 28/01/2014 10:35

Un beau petit moment de lecture dès le matin pour lequel je vous remercie.
"Une oasis de clarté dans l'obscurité épaisse de ses jours" quelle belle phrase !!
Peut-être nos rêves nous permettent-ils de voyager par-delà l'espace et le temps et de rejoindre des mondes insoupçonnés, une autre réalité dans laquelle nous sommes tout aussi ou même plus vivants
que dans la présente ?

Christw 28/01/2014 16:43



Ce que vous formulez très bien est un peu l'idée centrale du livre, mais l'ennui est qu'il n'y pas réelle communication (commutation devrais-je dire) entre les univrers du rêve et ce que je sens,
vois et entend en vous écrivant à l'instant. 


Mais dans l'absolu celui qui rêve de la maison inaccessible durant la nuit existe autant que celui qui cherche après le jour. 



Tania 28/01/2014 09:53

Merci beaucoup pour cette histoire fantastique où l'on devine, pressent, mais où on se laisse surprendre par la fin, très réussie.
"La lumière joue magnifiquement dans les feuillages..." : voilà une légende parfaite pour votre magnifique sous-bois.

Christw 28/01/2014 16:38



Très content que vous appréciiez la fin, en deux mots elle donne sa dimension au texte.


Le sous-bois est proche de celui que je voyais en lisant... Merci de noter ce détail Tania.



keisha 28/01/2014 08:17

Merci pour cette histoire parfaite. Dans mes propres rêves, je me retrouve souvent des des endroits récurrents (pour certains, je reconnais ceux de mon enfance, même transformés)(pour d'autres, je
m'interroge, existent-ils quelque part?). Cette nouvelle a donc éveillé en moi un écho!Même si la fin me laisse un peu froide, il faut dire que le fantastique (ou ce genre) me laisse ainsi
souvent...

Christw 28/01/2014 16:33



Tant mieux si l'histoire fait écho en vous de rêves personnels. Je suis étonné des espaces que nous construisons en rêve et qui n'ont qu'un rapport éloigné avec la réalité. J'en ai connu
quelques-uns, récurrents à plusieurs années d'intervalle. 


La chute est pour moi idéale, elle referme élégamment l'histoire et l'ouvre en même temps sur des interrogations qui n'ont pas de réponse, sinon celle que l'on se plaira à imaginer. J'aime ces
histoires qui vous filent un peu entre les doigts. 



Me Contacter:

  • : Marque-pages
  • : Livres - Littérature - Christian WERY
  • Contact

Rechercher

Tous les livres sur

babelio.jpg