9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 07:00

 

1517673_536649109767141_1898239510_n-copie-2.jpg

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pascale 22/02/2014 19:00

J'adore les livres de Yves Ravey ! Et je vais rarement voir les adaptations ciné car je suis quasiment toujours déçue.

Christw 22/02/2014 19:20



Je ne sais pas si on a fait des adaptations ciné de Ravey. Et comme vous, je trouve les adaptations de romans rarement intéressantes.


Mais les avis sont partagés, malgré tout sur ce point et tant mieux pour les cinéma !  



C. Gosselin 17/02/2014 18:49

Encore une centaine et j’aurai, hélas, achevé la lecture des 5.376 pages des Aventures de Jack Aubrey (Ed. Omnibus, * à *****, 5 volumes de 4 tomes chacun) du brillant Patrick O'Brian, illustre
écrivain d’aventures maritimes (sa saga, dont les deux héros sont le marin Jack Aubrey et le chirurgien-naturaliste Stephen Maturin, se déroule au début du XIXème siècle).

Le film américain de Peter Weir qui s’en inspire, « Master and Commander: The Far Side of the World » de 2003, avec dans les deux rôles principaux Russell Crowe et Paul Bettany, est une des plus
belles adaptations cinématographiques de romans qui ait jamais été tournée.

Christw 17/02/2014 19:13



Merci de communiquer votre enthousiasme pour Patrick O'Brian et l'adaptation cinématographique de Weir.


J'ai lu que certains éléments de la saga ont du être adaptés afin de ne pas déplaire au public américain: un vaisseau français y remplace l'USS Norfolk du roman. Voir wikipédia. Ce qui n'enlève rien, je vous crois, à
la qualité de la version filmée. La voir me convaincrait peut-être d'entamer les 5376 pages...


 



Annie 10/02/2014 17:19

J'approuve ! Et pourtant certains films m'ont éblouis (je pense notamment au " Guépard"). Mais en général, je préfère, en lisant, me faire mon propre cinéma !

Christw 10/02/2014 17:22



Voilà une expression qui me plaît sur la lecture. Bien dit !



Dominique 10/02/2014 10:26

vrai la plupart du temps sauf quelques chef d'oeuvres de l'adaptation mais on les compte sur les deux mains je pense

Christw 10/02/2014 10:49



Un média n'est pas l'autre, ils ont chacun leurs charmes et faiblesses. Le livre est toujours beaucoup plus profond mais moins facile. Le film n'active pas la même part d'imagination et c'est
dommage. Les contes racontés aux enfants (ou lus par eux) les forment mieux, sur ce plan, que les films. 


Les adaptations très réussies sont rares en effet.


Bonne semaine Dominique.



keisha 10/02/2014 09:55

Tout est montré en une image! Ce qui explique que je regarde rarement l'adaptation d'un roman...

Christw 10/02/2014 10:44



Regarder les adaptations filmées d'un roman c'est un peu comme quand, adolescent, je tombais sur une image illustrant le récit. Ce n'était pas en accord avec ce que mon imagination avait élaboré.
L'image était d'une autre histoire.


Ce qui conduit au vertige d'imaginer toutes les histoires que suscite un même récit dans la tête des lecteurs. 



Tania 09/02/2014 18:46

Extra ! Sans doute injuste pour les chefs-d'oeuvre du cinéma, mais très juste pour bien des adaptations cinématographiques des chefs-d'oeuvre littéraires.

Christw 10/02/2014 10:39



Effectivement, tout comme certains livres (je pense aux courts romans de Yves Ravey) sont proches du cinéma et ne répondent pas à l'image de l'iceberg. 



Me Contacter:

  • : Marque-pages
  • : Livres - Littérature - Christian WERY
  • Contact

Rechercher

Tous les livres sur

babelio.jpg